Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juillet 2020 3 01 /07 /juillet /2020 17:20

http://<iframe src="https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2F100008512576257%2Fvideos%2F2377259559234440%2F&width=640" width="640" height="480" style="border:none;overflow:hidden" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" allowFullScreen="true"></iframe>

Bonjour à tous,
 
 je propose demain soir une soirée conférence-débat au sujet de la:
 
Crise du coronavirus et stratégie du choc, débat public jeudi 2 juillet à 19h15
 
Si le réseau le permet, la soirée sera en direct sur Facebook et You tube et nous pourrons prendre les messages. Nous utiliserons aussi soit Zoom soit Jitsi, l'annonce sera faite dés que possible sur la page FB de la Vina ou sur demande adressée par mail.
 
Voici ma chaîne you tube:
 
 
Quoi qu'il en soit, la soirée sera enregistrée et diffusée sur you tube.
 
On le sait, ce n'est pas facile d'annoncer un tel débat dans le contexte actuel, et je m'excuse par avance auprès de ceux que cela pourrait choquer, mais nous ferons simplement œuvre d'historiens des faits, des idées, et des idéologies, essayant de ne souscrire à aucune d'elle, et refusant le déni de certains courants historiquement prouvés dont nous subissons, et risquons encore de subir, les conséquences
Loin des théories du complot, mais en mettant donc l'histoire immédiate en train de s'écrire en perspective avec les tendances mondiales depuis plusieurs décennies, avec une analyse rigoureuses des faits, des structures et des personnes mises en causes dans la gestion catastrophique de la crise du coronavirus et les décisions toujours en partie en vigueur de restriction des libertés publiques, nous nous poserons la question de l'évolution de notre société ainsi que de la vigilance et des actions possibles pour assurer nos libertés publiques et individuelles.
 
Voici en introduction au débat (si encore une fois la connexion le permet demain, un texte rédigé par mes soins il y a déjà plusieurs années, accompagné en PJ de déclarations absolument officielles et claires. les citations n'ont été extraites d'aucun contexte pouvant les contredire, et que d'ailleurs la vie et les prises de position de leurs auteurs, ou les évènements advenus depuis, confirment amplement.
 
En vous remerciant et en vous souhaitant une bonne fin de semaine,
 
François-Marie Périer
 

Bertrand Russel, Aldous Huxley, quand deux des plus grands intellectuels du XXème siècle annonçaient en même temps un gouvernement mondial et une dictature scientifique, et une annonce glaçante d'Engels.

Retour au meilleur des mondes, (1958) œuvre méconnue d'Aldous Huxley où il reprend les conférences données sur les campus américains, qui firent de lui le maître à pensée du premier mouvement hippy contestataire et engagé:
 
"Dans le monde où nous vivons, ainsi qu'il a été indiqué dans des chapitres précédents, d'immenses forces impersonnelles tendent vers l'établissement d'un pouvoir centralisé et d'une société enrégimentée. La standardisation génétique est encore impossible, mais les Gros Gouvernements et les Grosses Affaires possèdent déjà, ou posséderont bientôt, tous les procédés pour la manipulation des esprits décrits dans Le Meilleur des mondes, avec bien d'autres que mon manque d'imagination m'a empêché d'inventer. N'ayant pas la possibilité d'imposer l'uniformité génétique aux embryons, les dirigeants du monde trop peuplé et trop organisé de demain essaieront d'imposer une uniformité sociale et intellectuelle aux adultes et à leurs enfants. Pour y parvenir, ils feront usage (à moins qu'on les en empêche) de tous les procédés de manipulation mentale à leur disposition, et n'hésiteront pas à renforcer ces méthodes de persuasion non rationnelle par la contrainte économique et des menaces de violence physique. Si nous voulons éviter ce genre de tyrannie, il faut que nous commencions sans délai notre éducation et celle de nos enfants pour nous rendre aptes à être libres et à nous gouverner nous-mêmes. (...) Sous la férule d'un dictateur scientifique, l'éducation produira vraiment les effets voulus et il en résultera que la plupart des hommes et des femmes en arriveront à aimer leur servitude sans jamais songer à la révolution. Il semble qu'il n'y ait aucune raison valable pour qu'une dictature parfaitement scientifique soit jamais renversée. En attendant, il reste encore quelque liberté dans le monde. Il est vrai que beaucoup de jeunes n'ont pas l'air de l'apprécier, mais un certain nombre d'entre nous croient encore que sans elle les humains ne peuvent pas devenir pleinement humains et qu'elle a donc une irremplaçable valeur. Peut-être les forces qui la menacent sont-elles trop puissantes pour que l'on puisse leur résister très longtemps. C'est encore et toujours notre devoir de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour nous opposer à elles ».
 
Voici à présent des citations de Bertrand Russel (1872-1970), prix Nobel de littérature en 1950, tirées de Dédale et Icare (Icarus or the Future of Science, 1924) et Science, puissance, violence (On Scientific Dictatorship 1954) © Allia, 2015.
« Bien que cette science sera diligemment étudiée, elle sera confinée dans la classe dirigeante ». « Graduellement, par l'élevage sélectif, les différences congénitales entre les gouvernants et les gouvernés s'accroîtront jusqu'à ce qu'ils deviennent presque des espèces différentes. Une révolte de la plèbe deviendra aussi impensable qu'une insurrection organisée de brebis contre la pratique de manger du mouton ». « Lorsque je parle d'un gouvernement mondial, je parle d'un gouvernement qui gouverne réellement, pas d'une gentille façade comme la Ligue des nations ou d'une fraude prétentieuse comme les Nations-Unies sous leur forme actuelle. Un gouvernement international (...) doit posséder les seules bombes atomiques, les seules usines pouvant les produire, la seule force aérienne, les seuls navires et, plus généralement, tout ce qui peut être nécessaire pour le rendre irrésistible (...) Il devra être obligé, en vertu de sa constitution, d'intervenir par la force des armes contre toute nation qui refuserait de se soumettre à son arbitrage. » « Il faut s’attendre à ce que les avancées de la physiologie et de la psychologie donnent aux gouvernements beaucoup plus de contrôle sur le mental des individus qu’ils n’en ont maintenant même dans les pays totalitaires. Fichte écrivit que l’éducation devait viser à détruite le libre arbitre afin que, après que les élèves aient quitté l’école, ils soient incapables, pour tout le reste de leur vie, de penser ou d’agir de façon autre que celle que leurs maîtres d’école l’auront
souhaité. Mais en ces temps-là, c’était un idéal inaccessible : ce qu’il considérait comme le meilleur système de son vivant produisit Karl Marx. Dans le futur, de tels échecs ne seront pas à même de se produire lorsqu’il y aura dictature. Des régimes, des injections et des injonctions seront combien, dés le plus jeune âge, pour produire la sorte de personnes et la sorte de croyances que les autorités considèrent désirables, et toute critique sérieuse des pouvoirs qui existent deviendra psychologiquement impossible. Même si tous sont misérables, tous se croiront heureux, parce que le gouvernement leur dira qu’ils le sont. »
 
Le site Leslibraires.fr résume ainsi la première partie de Dédale et Icare :
 
« Je crois qu'à cause de la folie des hommes, le gouvernement mondial sera établi par la force et sera donc au début cruel et despotique. Mais je crois aussi que cela est nécessaire à la conservation de la civilisation scientifique et qu'une fois mis en place, ce gouvernement donnera progressivement naissance aux autres conditions nécessaires à une existence tolérable. La première conférence qui compose ce volume, Dédale ou la science de l'avenir, tient à la fois du manifeste et de la science-fiction. Prononcée par J.B.S. Haldane en 1923, elle offre une perspective unique sur la façon dont les grands scientifiques du début du XXe siècle prévoyaient l'explosion de la puissance technique d’une discipline à peine éclose de l'histoire naturelle : la biologie. Dans cet exercice de prospective, l'orateur évoque déjà les OGM, la mondialisation et prédit les méthodes actuelles de procréation, en particulier l'ectogenèse, la capacité de développer un embryon en dehors de l'utérus. Ce texte, qui a inspiré Aldous Huxley pour son Meilleur des mondes, se veut toutefois plus optimiste, sans pour autant exclure le pire. Haldane y défend l'eugénisme et hisse Dédale, artisan astucieux et sans dieu, comme le premier homme moderne. » Russel était également eugéniste, mais plus critique sur une dictature scientifique.
 
Sur le même sujet, Engels souhaitait, dans le numéro de La Nouvelle Gazette Rhénane du 13 janvier 1849, la fin des peuples antirévolutionnaires tels les Bretons, les Basques, les Écossais des Highlands en même temps que celles des classes dirigeantes, dans une prochaine grande guerre mondiale. Écoutons-le :
« Il n’y a aucun pays en Europe qui ne possède quelque part les restes d’un ou plusieurs peuples, survivances d’une ancienne population refoulée, et soumise par la nation devenue plus tard l’élément moteur de l’évolution historique. Ces survivances d’une nation impitoyablement piétinée par la marche de l’Histoire, comme le dit Hegel, ces déchets de peuples deviennent chaque fois les soutiens fanatiques de la contre-révolution, et ils le restent jusqu’à leur extermination et leur dénationalisation définitive ; leur existence même n’est-elle pas déjà une protestation contre une grande révolution historique ? La conflagration générale amènera l’éclatement de cette ligue séparatiste et fera disparaître jusqu’au nom de ces petites nations obstinées... La prochaine guerre mondiale ne se contentera pas de balayer de la surface de la terre des classes et des dynasties réactionnaires, mais aussi des peuples réactionnaires tout entiers. Et cela aussi, c’est un progrès. »

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de François-Marie Périer
  • : Un espace présentant mes activités et celles de la galerie-café cultures du monde La Vina: expositions, concerts, rencontres, essais, traductions, poésie, articles et reportages, conférences, carnets de voyages; photographie, culture,; réflexions...
  • Contact

Recherche

Liens